21 juin - 15 OCTOBRE 2015 dans les rues deMEUNG-SUR-LOIRE

 

Le Projet

Bienvenue sur le site des Grilles de Meung.

 

IMPLIQUER NOTRE CITE DANS UN PROJET CONCRET, SEDUISANT ET PORTEUR DE NOS VALEURS.

Le projet des Grilles de Meung s’inspire des réalisations présentées sur les grilles du jardin du Luxembourg, à l'initiative du Sénat.
Sa 28ème représentation s'est achevée il y a quelques mois.

Aujourd’hui 80 villes de France s’exposent ainsi en images et offrent aux yeux des passants : « La singularité de leur cadre de vie, leur attractivité de territoire, … »...


Mettre en place ce mode de communication dans notre ville, c’est lui donner la chance de se montrer devant le plus grand nombre et de restituer la vision de notre champ de vie.


En donnant aux Magdunois la possibilité de se raconter au travers de leurs images c’est donner à cette manifestation une dimension intime, vraie et différenciante.
C'est aussi mettre à l'honneur nos talents locaux.

C'EST TOUT LE SENS QUE NOUS SOUHAITONS DONNER A CETTE EXPOSITION VIVANTE DE PLEIN AIR DANS NOTRE CITE.

L’autre intérêt de cette démarche est de donner la possibilité à nos touristes et voisins, de découvrir ou de re-découvrir notre ville et tous ses trésors, ainsi de contribuer à l’essort touristique de notre commune.

Au terme de cette manifestation, en vendant les photographies exposées au profit de nos oeuvres sociales locales, nous souhaitons également donner une dimension citoyenne à cet événement. 

 

Toute l'équipe des Grilles de Meung.

 


 

Inauguration des Grilles de Meung lors de la Fête du Pont, à Meung-sur-Loire, le 30/08/2014

Visite mobile

 

 

  INAUGURATION 2014

 


Discours de Monsieur Alain Le Gallo, Adjoint délégué à la Culture de Meung-sur-Loire

 

Le plaisir est double, de présenter la première édition d’un nouvel événement culturel, et de souhaiter la bienvenue à la toute jeune association magdunoise qui en a eu l’initiative.

 

D’autant qu’au sein d’un tissu associatif particulièrement riche, actif et inventif, cette petite dernière paraît d’une grande originalité. C’est, plus précisément qu’une association à caractère culturel, une association à ambition esthétique. J’entends le mot « esthétique » aux deux sens du terme, le sens étymologique de ce qui a rapport aux sens et au sensible,  mais aussi la signification plus récente de ce qui relève de la recherche du beau.

 

Au départ, une idée, très simple, qu’on se plaît à croire inspirée par la succession des deux dernières thématiques culturelles de la ville, l’eau, puis la pierre : et si Meung ne se contentait plus de se refléter dans ses multiples cours d’eau, Loire et Mauves, mais se représentait aussi sur ses propres murs ? Sur le modèle prestigieux des expositions photographiques du Jardin du Luxembourg à Paris, pourquoi ne pas suspendre aux grilles de la ville des images d’elle-même, par elle-même, pour elle-même ? Notre belle ville se contemplerait au miroir, se mirerait et s’admirerait, s’exhiberait même, avec ses paysages, ses perspectives, ses rues, ses monuments, son architecture et ses couleurs, sa lumière propres, mais aussi ses habitants, en des sortes d’autoportraits, accrochés pour un temps à la vue, à la vie des passants.

 

On pourrait penser que c’est là le symbole même de la vanité, la manifestation d’un narcissisme douteux : oui, s’il ne s’agissait que d’admirer une beauté de façade, donnée par accident, un avantage sans mérite particulier. Mais l’ambition de cette association et de son projet, c’est que la ville donne ainsi à voir plus qu’une surface, et révèle dans ces images un peu de son âme. Sans trop faire de philosophie, rappelons après d’autres que la photographie est à la fois regardante et regardée : je vois l’objet qui s’y représente, mais aussi lui me fixe, en quelque sorte, et me met au défi de la reconnaître. La beauté des rues, des structures et des paysages urbains de Meung, c’est le fruit du génie de ses habitants, dont chacun doit, en contemplant un de ses  fragments photographié, retrouver et assumer l’héritage culturel : d’autant qu’on repère aussi dans telle ou telle oeuvre particulière, non la simple reproduction objective d’un phénomène physique, une projection optique à l’identique, mais le choix d’un angle, d’un motif, d’une signification, d’un moment, que sais-je… Il n’y a pas plus mal choisi comme terme que celui de l’ « objectif » d’un appareil. C’est « subjectif » qu’il faudrait dire, dans la mesure où une photographie exposée devient le point de rencontre de trois sensibilités, présence vivante d’un motif, choix esthétique d’un acteur, approbation et reconnaissance d’un spectateur : c’est de cette convergence que jaillit me semble-t-il l’âme de notre ville, dans toute la complexité d’une série de partis pris et d’interprétations entrelacés. Oui, c’est une belle et originale idée, qui a très vite séduit puis passionné les membres fondateurs de « Grilles de Meung ».

 

Mais aussi simple et belle que soit l’idée de départ, il a fallu la mettre en oeuvre. Je n’entre pas dans le détail de l’organisation que cela suppose, sans même parler de ses contraintes administratives : repérages, règlement, demandes d’autorisation (s’adresser aux propriétaires privés des grilles n’est pas toujours plus simple que se faire agréer de la puissance publique), sélection d’un parcours, tri des propositions, mais aussi financement et recherche de sponsors. Tout cela a été tenté et réussi en un temps record. Je suis toujours épaté par l’efficace énergie de ces volontaires et bénévoles qui trouvent le moyen de surmonter autant d’obstacles. Ils l’ont fait cette fois pour l’amour d’une idée, qui était elle-même inspirée par l’amour d’une ville. Un projet, donc, qui devrait susciter autant d’admiration que celle que l’on voue aux fameuses start-ups : bien plus d’admiration, en réalité, du fait que c’est en outre une entreprise purement désintéressée.

 

Oui, c’est un vrai bonheur pour une municipalité de présenter ce projet remarquable des « Grilles de Meung », et d’inviter les Magdunois à déambuler dans leur cité à la découverte, pour citer un grand critique littéraire, de tous ces « fragments d’un discours amoureux ».

 

 


 

Discours de Madame Isabelle Regnault, Présidente des Grilles de Meung

 

Bonjour à tous,

 

Prendre la parole après Alain est à la fois une entreprise facile et difficile !

Difficile parce que c’est un grand orateur, facile parce qu’il me reste peu de choses à dire !

Je tenais à remercier l’ensemble des personnes qui ont rendu ce projet possible.

En particulier la Mairie de Meung sur Loire, le Pays Loire Beauce et le Conseil Régional mais également l’office du Tourisme du Val des Mauves, le Château de Meung sur Loire, les Maisons Vigery, l’Agence Immobilière l’Adresse, Transactiv et Ekitéo.

Je remercie également les 11 photographes qui nous ont permis de créer cette exposition et l’ensemble des riverains magdunois qui nous ont « prêté », pour un temps, leurs grilles. Merci également à la mairie pour l’autorisation d’utiliser les grilles des bâtiments publics.

Il me reste à vous souhaiter une belle promenade en photographie dans les rues de Meung sur Loire !

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, idées par l’intermédiaire du site internet de l’association « grilles-de-meung.com ».